Kareem

Musique lignes
  • Soundcloud
  • iTunes

Télécharger gratuitement la chanson «Hamdoulah, jusqu’ici tout va bien»

Télécharger

Bio lignes

Sur une ferme non loin du Sahara, un petit garçon du nom de Kareem, voit le jour pour la première fois le 25 décembre 1988. Il est issue d’une famille marocaine dont la situation financière laisse à désirer. En effet, la mère était dans l’obligation de travailler en tant que femme de ménage pour l’ambassadeur de l’époque. C’est à l’âge de deux ans, que lui et ses parents, eut la chance de suivre l’ambassadeur du Maroc au Canada. Kareem a donc apprit le français à la résidence de l’ambassadeur.

Après deux ans de service, le contrat de l’ambassadeur se termine et la mère du jeune Kareem, Zahra, décide de rester au Canada, alors que son père, Ahmed, déménage en Angleterre. Laissez à eux-mêmes, Zahra se cherche un emploi pour pouvoir subvenir à ses besoins, mais aussi aux besoins de son fils. Elle se fait alors engager en tant que nourrisse pour une famille aisée dans la ville d’Ottawa. Cependant, cette famille ne lui permet pas de garder son fils avec elle. C’est ainsi, qu’une jeune mère doit se séparer de son fils pour de longues périodes de temps. Cette épreuve lourde en émotion, fût le moment le plus triste de leur vie, puisque qu’avec un père absent et une mère dans l’obligation de l’envoyer vivre chez des inconnus, Kareem était laissé à lui-même. Lorsque Kareem a eu 10 ans, Zahra a pu amasser assez d’argent, pour pouvoir enfin louer un appartement et garder son fils près d’elle. C’est grâce à sa mère qu’il tomba en amour avec la musique, puisque celle-ci lui chantait toujours des chansons d’Oum Kaltoum. Ces chansons et sa voix, faisait en sorte que Kareem était envouté par les mélodies.Ses premières influences musicales, sont celles des groupes alternatifs comme Nirvana et Metallica par exemple.  Son admiration pour Kurt Cobain l’encourage à apprendre la guitare.  À l’âge de 15 ans, il forme son premier groupe de musique, No Self Control.  En évoluant au sein de cette formation, Kareem se découvre un talent particulier pour l’écriture et la poésie.  Au moment où il entre dans le monde adulte, le hip hop français connaît une effervescence incroyable grâce à des artistes comme MC Solaar et Iam.  Le jeune auteur en devenir est particulièrement impressionné par la rythmique et la poésie de ces derniers, si bien qu’il transforme son désir en réalité, en évoluant sur la scène hip hop francophone. C’est en 1999, qu’il fait la rencontre de son futur ami et producteur en devenir, Da Heala. Ils forment ensemble son premier groupe hip hop, La Symphonie.  Avec l’aide de DaHeala, Kareem se produit sur scène de manière régulière.  Les prestations s’ajoutent et Kareem reçoit le soutien de François Carrier, aujourd’hui président de l’Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM), qui lui offre plusieurs opportunités de se produire devant public.  Ce dernier s’avère très réceptif au matériel de Kareem.  L’avenir lui donnera raison puisque Kareem atteindra durant deux années consécutives la demi-finale du concours Hip Hop 4 Ever. Le jeune artiste participe également deux fois à l’émission Le Garage animée par Véronic DiCaire et diffusée sur les ondes de Radio-Canada et ARTV. Après avoir reçu plusieurs bons commentaires et encouragements, Kareem décide d’enregistrer professionnellement une toute première chanson au Raven Studios. À ce moment il rencontre Quest qui deviendra son technicien de son et son bras droit. Leur passion et leurs objectifs communs les incitent à construire leur propre studio. En 2002, Kareem s’inscrit à un concours organisé par l’Ambassade de France et gagne le grand prix, soit un atelier de deux semaines à Paris, en compagnie d’artistes établis de la scène française. Les apparitions publiques s’accumulent et les chansons se multiplient, dont « Poursuivre mes rêves » qu’il chante en duo avec la future Canadian Idol, Eva Avila. Par la suite, grâce à son ardeur et son talent, il est invité à de nombreuses entrevues radio dont Tag Radio et La voix de l’Outaouais. L’animatrice Kimberly Graveline voit en lui un talent inné et lui propose d’être le seul artiste invité à une conférence de presse organisée par le Bureau Régional d’Action Sida(BRAS). Lors de l’événement, il capte l’attention des médias, qui découvrent en lui, une figure montante de la scène artistique de la région. Cette expérience lui permet d’obtenir une importante visibilité auprès de la population. Puisque Kareem accorde beaucoup d’entrevues, tant aux journaux locaux qu’aux radios communautaires. À présent, Kareem souhaite laisser sa trace sur la scène musicale autant québécoise que française. Le jeune artiste désire s’exprimer à travers sa musique de style « Urban Grunge» et contribuer ainsi à redorer le blason de cette musique au Québec.

Shop lignes

Blogue lignes
3 vidéoclips en 3 mois
Le dimanche 15 octobre 2017

De Montréal à Paris
Le vendredi 9 juin 2017

Lentement, mais sûrement.
Le dimanche 21 mai 2017
Contact lignes